Début d’année et TEP Scan FINAL

Je voulais d’abord remercier mes amis qui ont été présents pour fêter avec moi mon 25ème anniversaire.

Ca m’a fait extrêmement plaisir de vous revoir et d’être entourée et de sentir tout ce soutien et cet amour de votre part. J’aurais aimé que la soirée dure assez longtemps pour que je puisse vraiment partagé avec chacun d’entre vous mais j’espère qu’on rattrapera un moment très vite plus spécifique à nous!

Au final, la soirée s’est terminée vers 3h30 du matin grâce à une bande de joyeux lurons qui voulaient marquer le coup et m’aider à tout débarrasser (Alleluhah j’aurais pas pu faire tout moi-même ).
Lendemain, réveil de bonne heure et dernier partiel de 3 heures.
WOW, j’ai bien cru que j’allais pas y arriver mais en principe, je pense que c’est bon! De toute façon, pas de regrets !

Puis c’était le retour dans le sud voir les parents pour les fêtes de fin d’année!
Nouvel An, ca a été assez particulier pour moi. Un moment suspendu dans le temps car oui, je me trouvais exactement au même endroit il y a un an et avec les mêmes personnes et cela m’a fait assez bizarre. De savoir tout ce qui s’est passé entre temps. En 1 an.

16129303_10210621670431880_1846552216_o 16129246_10210621669871866_1931245101_o 16129597_10210621669911867_2073091292_o

 

 

 

 

 

 

Alors passer minuit et tous les voeux et embrassades des gens, je n’ai pas pu retenir mes larmes. C’était de l’émotion pure. Je pense que j’ai réalisé la chance que j’ai d’avoir le droit à une nouvelle vie. A fêter cette nouvelle année et ca m’a rempli de larmes de joie et d’épreuves.
J’aime cette citation qui dit:

« Les gens ne pleurent pas car ils sont faibles mais car ils ont été forts pour trop longtemps. »

Je me suis alors un peu cachée car je ne voulais pas qu’on me voit pleurer et mettre les gens inconfortables dans un moment de célébration! Surtout que je suis la première à dire que peu importe la douleur et la difficulté, c’est important de célébrer, de recharger ses batteries avec des moments de joie et de se rappeler pourquoi la vie est belle et combien on a de la chance.

Une personne est venue me réconforter ce soir là et cela m’a beaucoup émue! Car de toutes les personnes, c’est celle qui a le plus souffert de cette maladie dans son entourage qui est venu me prêter une épaule et me dire quelques mots de courage et d’espoir. Elle qui a vécu la plus inimaginable des douleurs: perdre un enfant du cancer et qui pourtant était là pour trouver les mots.

Alors je voulais dire que je dédie ce post à Alexandre, que je n’ai pas eu l’honneur de connaître mais à qui je pense bien souvent.

16129562_10210621669711862_1189917227_o
Début Janvier, je suis donc revenue à Paris. Cette fois pour formellement emménager, j’ai donc du acheter et équiper le studio qui était vide de tout.
Je m’excuse si je ne vous ai pas contactez encore ou pris le temps de vous voir.

Je ressens comme un vide d’énergie ces derniers temps. Je pense que je me suis tellement donné dans le combat, et l’envie de continuer à vivre malgré les traitements que j’ai entamé ma réserve jusqu’au point zéro.
Moi qui aime normalement être entourée et qui suis une pile électrique, j’ai ressenti ce besoin de m’isoler un peu et de me reposer. Non pas de déprimer mais de me retrouver un instant avec moi-même et de faire le point.

Pour être honnête, ces quelques-jours seuls n’ont pas été archi-faciles.
Il m’a fallu vaincre mes angoisses, mes peurs.
Imaginez-vous, cela fait 6 mois que je suis chez mes parents, assistée tout au long de la journée par mon papa d’amour qui est médecin et sait exactement ce qui est normal ou pas. Je me sens donc dans mon petit cocon de sécurité et de confort. Et là je me retrouve seule. BAM.
De plus, les gens ne sont pas au courant que je suis de retour à Paris et j’ai donc beaucoup de temps pour moi et en tête à tête avec moi-même.

A quelques reprises, j’ai fais des petits « malaises » où d’un coup, toute l’énergie de mon corps s’est vidée et je me suis sentie vacillée. J’imagine que cela m’a fait peur. Je me suis dis que c’était peut-être pas normal de ressentir un coup de fatigue et faiblesse aussi violent alors je paniquais. Surtout que je n’étais pas chez moi. Ce qui entraînait ma respiration qui se bloquait et la sensation que ca y est, c’était la fin.

16196391_10210621669671861_2084493789_o
Comme je dis, ca n’a pas été facile. J’ai même été voir ma gentille tante pneumologue qui a pris le temps de m’examiner et me donner des conseils et du réconfort, elle qui connaît bien les effets de ces traitements fatiguants.
Puis j’ai fini par comprendre que c’était un processus normal, qu’il me faudrait du temps pour retrouver la forme à 100% et j’arrive à présent, plutôt pas trop mal à empêcher ces pensées angoissantes et à stopper la crise d’angoisse quand elle commence.

Voilà, j’ai réussi à vivre seule. Youhou! On se rend pas compte à quel point ce truc logique et normal peut être une épreuve quand on sort de la maladie.

Jeudi 19 Janvier,

J’ai RDV avec mon hémato pour le TEP scan final. Ca y est, le jour J est arrivé. Je dirais que je me sens plutôt confiante car je sais que même si je me sens vidée d’énergie, je me sens beaucoup mieux qu’avant les traitements. Quand je me lève les matins, je sens que ma tête est claire et aérée. Toute la différence!
Après 10 heures de jeun, 1 heure d’injection de produits radioactif et 15min de scan, je rejoins mon hémato qui m’annonce la bonne nouvelle:
FIN DES TRAITEMENTS et RÉMISSION !

Mon prochain RDV de suivi est dans 4 mois avec un bilan cardiaque aussi. Ouah, ca fait du bien quand ca s’arrête!
Je discute du port-à-cath et il me propose de l’enlever directement. Je suis soulagée.
Je prends donc un RDV dès que possible, càd le 7 mars. Le port-à-cath tire sur la peau et ca reste un corps étranger.
L’hémato est d’accord que l’enlever m’aidera à me faire tourner la page et me sentir « guérie » à présent. 

Je demande s’il y a des bonnes habitudes à prendre ou des facteurs de risques que je dois garder en tête pour les rechutes. Il me dit que non. Que je devrais reprendre ma vie comme je l’ai laissé, que j’ai eu ça sans raison et que des fois c’est difficile à réaliser mais il n’y a juste à rien à faire à part vivre à nouveau et plus fort.

Je lui parle de mes projets d’aller voir mon copain aux USA et du problème de la couverture d’assurance puisqu’à présent je suis blacklistée de toutes les companies à cause de l’antécédent de cancer. Il me prescrit alors un antibiotiques à prendre en cas de fièvres à prendre dans la valise mais à priori c’est bon.

Trop cool!

Voilà, une bonne page de tourner!
Je peux à présent me projeter à nouveau, plus fort et vivre ma vie.

Quant à ce blog, je le garde pour la bonne et simple raison que, ne me rappelant déjà plus des traitements (mon cerveau semble avoir effacé tous ces derniers mois, c’est assez hallucinant), il sera là pour me rappeler à que j’ai tenu le coup et les promesses que je me suis faite ! Je ne le mettrais probablement plus autant à jour, mais je garde la liberté de publier quelques updates sur la repousse de mes cheveux, le retrait du PAC, ou sur les sujets qui me touchent ou des actions avec les associations dont je fais partie à présent!

Merci de m’avoir lu et plein d’amour pour vous <3

Scan, Challenges et Lecture

Samedi 1er Octobre, j’arrive à Marseille fin aprem.

Je passe le week-end avec mes parents. Je me repose un peu de cette folle semaine. Je dors donc beaucoup pour récupérer. Le dimanche, pareil.

14689063_10209650290187981_546332769_oLundi, j’ai même un petit coup de mou. D’abord, j’ai un rhume. Alors mes parents sont un peu inquiets. J’ai peur qu’ils mettent ça sur le compte de Paris alors que j’ai fais attention. Ok, pas super attention mais un petit peu. J’espère que le rhume ne s’éternisera pas et surtout pas de fièvre.
Aussi, c’est dur de revenir d’une semaine d’indépendance d’étudiant, à voir mes amis à Paris et aller à cours, au retour à la bulle « cancer ».
Je sais que mes parents essaient d’être le moins ennuyant possible mais c’est juste que j’ai l’habitude d’être seule ou avec mon copain. Et du coup, je n’ai plus l’habitude des remarques de ceci cela dès le matin.

Du coup, je me dis qu’il faut vraiment que je change un peu d’air alors demain je prévois d’aller étudier de la bibliothèque!

Etudier pour les 7 exams de cours qui m’attendent la prochaine fois que je me rends à Paris. Eh oui, déjà.

En effet, j’ai normalement cours les deux semaines mi-fin Octobre. C’est à dire du Lundi 17 au Vendredi 28 Octobre.

Cependant, j’ai le TEP Scan fixé au 17 Octobre et ma 5ème chimio prévue pour le Jeudi 20 Octobre. Du coup, pas de Paris. Je vais louper la semaine entière, soit 42 heures de cours pour être exact. Ca me stress un peu. Surtout que c’est juste avant la semaine où on a tous les exams de moitié de semestre. Du Lundi 24 Octobre au Vendredi 28….
Va pas falloir chômer.

Le plus drôle, c’est que je ne suis pas sûre de qu’est ce qui est le plus stressant ? 7 DSTs alors que j’ai la moitié de mon cerveau avec la chimio en ce moment (petits problèmes de mémoire assez frustrants et fatigue) ou le TEP Scan.

C’est à dire LE SCAN QUI CONFIRME OU NON SI TOUT CE QUE JE SUIS EN TRAIN DE FAIRE FONCTIONNE OU SI ON RECOMMENCE A ZERO. Le truc qui en 5 minutes peut transformer un: « Encore deux séances de chimio et un mois de radiothérapie et vous êtes guérie » en « Ah pas de chance va falloir commencer une nouvelle chimio et c’est réparti pour un tour ma petite! Allez, accroche toi. » VLAN dans la face.
Fort heureusement, grandes chances sont que ca devrait être le début de la fin. Je l’espère en tout cas!

Voilà, vous savez tout de mes angoisses du moment présent.

Mardi, je pars bosser ou plutôt me divertir à la bibliothèque. J’y emprunte quelques livres dont un, absolument excellent et fascinant. Du coup, il faut que je vous en parle.

14632742_10209650290507989_431507511_o
« Qui suis-je et si je suis, combien ? » de Richard David Precht.
Jeune philosophe allemand, très doué.
Alors la philosophie j’adore! Mais il faut dire que peu de professeurs ont le talent d’inspirer la passion de la pensée humaine!
Ils ressortent souvent les ouvrages poussiéreux de ceux qui nous ont précédé et voilà, tu lis ça. Pas forcément hyper encourageant! Surtout si on a pas encore développé l’interêt!
J’ai pris ce livre car le résumé à l’arrière m’a directement intrigué.

Le livre est pensé comme une nouvelle intro à la philosophie, en citant les plus grands et repensant leur fameuses théories, dans un contexte actuel. Mélant philosophie à la science et à la technologie.
Moi, qui adore Nietzsche et sa théorie de l’homme intelligent (Ou peut-être aussi car il a brillé dans sa maladie), ici l’auteur va même jusqu’à illustrer dans les faits, c’est à dire l’anatomie humaine et l’évolution du cerveau du singe à l’homme, si oui ou non notre conscience, connaissance et façon de penser à des limites.
Bref, pour tous les ferrus de sciences et philos, et les curieux! C’est un livre vraiment facile à lire et divertissant et qui donne envie de se plonger plus tard dans les vrais ouvrages poussiéreux Ha Ha !